Go to Top

Techniques de procréation assistée

Traitements de procréation assistée

Techniques complémentaires de procréation assistée

 

Culture d'embryons

Culture de Blastocyste

Il s’agit de la culture “in vitro” d’embryons jusqu’à un stade avancé de développement appelé Blastocyste (jour 5). Cette technique, outre qu’elle augmente le taux d’implantation (dans le cas du blastocyste, elle est de 50,5% tandis que celle d’un embryon en D3 (jour 3) est de 30,1%), permet de transférer un unique embryon. De cette façon, les risques de grossesse multiple sont réduits.

Incubateur Geri+ (Système EEVA intégré)

Grâce à sa technologie time-lapse innovante, l’incubateur Geri+ effectue un suivi exhaustif des embryons en laboratoire. En outre, sa conception permet l’incubation indépendante des embryons, garantissant une incubation optimale pendant tout le traitement. Le Geri+ possède le système EEVA intégré (Early Embryo Viability Assessment) qui permet de déterminer de manière précoce, objective et non invasive quels sont les embryons les plus appropriés à être introduits dans l’utérus, augmentant ainsi la possibilité de succès du traitement avec seulement le transfert d’un embryon.

Hatching

Cela consiste à réaliser une petite ouverture dans la zone pellucide (la couche qui entoure l’embryon) pour favoriser la sortie de l’embryon (éclosion) et son implantation postérieure dans l’utérus de la femme.
Le hatching est appliqué dans les processus de décongélation embryonnaire ou quand les embryons ont une zone pellucide très épaisse. Il est aussi utilisé chez les couples qui se sont soumis à plusieurs processus de FIV sans succès ou chez des femmes d’un âge avancé.

Collapsus

Avec cette technique, on parvient à augmenter le taux de survie des embryons après qu’ils aient été vitrifiés. Le collapsus consiste à déshydrater préalablement l’embryon avant sa vitrification et éviter ainsi la formation de cristaux de glace.

Vitrification d’embryons

Après un traitement de FIV, il est fréquent qu’il y ait des embryons restants de bonne qualité. Avec l’utilisation de cette technique, les embryons sont congelés pour être utilisés plus tard, soit parce que la gestation n’a pas réussi soit dans l’hypothèse d’une seconde gestation.

Techniques appliquées au sperme

Lavage de Sperme

La technique du lavage de sperme est utilisée dans des cas où l’homme est porteur d’un virus quelconque ou d’une maladie contagieuse, comme par exemple le VIH. Grâce à cette technique, on évite le risque de contagion aussi bien pour la femme que pour le bébé. Le processus consiste à obtenir et soumettre l’échantillon à un lavage. Une partie de l’échantillon est congelée et l’autre partie est soumise à une étude génétique pour détecter le virus. En cas de résultat négatif, l’échantillon congelé sera utilisé pour la fécondation.

MACS

Grâce à cette technique, on sélectionne les spermatozoïdes ayant les meilleures caractéristiques pour les utiliser dans les traitements de procréation. Cela consiste à éliminer les spermatozoïdes apoptotiques (ceux destinés à mourir sans obtention de fécondation) en choisissant ceux qui sont sains, afin d’augmenter le potentiel de grossesse. Cette technique est utilisée chez les patientes ayant une fragmentation d’ADN élevée, dans des cas de fausses couches à répétition ou chez les patientes ayant une mauvaise qualité embryonnaire.

Biopsie testiculaire

La biopsie testiculaire est la technique qui permet d’obtenir des spermatozoïdes à travers une petite intervention. Cette technique est utilisée dans les cas d’azoospermie, d’oligozoospermie sévère ou de forte fragmentation, ainsi que chez les patients ayant subi une vasectomie.

D'autres techniques complémentaires

Diagnostic génétique préimplantatoire (PGT-A)

Il s’agit d’une technique avancée qui permet l’évaluation génétique de l’embryon avant l’implantation. Elle consiste à prélever plusieurs cellules de l’embryon, normalement au jour 5-6 du développement (biopsie embryonnaire), et à les analyser au moyen des techniques génétiques les plus avancées aujourd’hui (NGS) permettant de détecter les altérations génétiques. Cette technique est indiquée pour les patientes de plus de 38 ans, en cas de fausses couches répétées,dles patientes qui ont eu plusieurs échecs d’implantation après FIV, etc.

Test Heres

Grâce au test de diagnostic Heres, nous pouvons détecter plus de 200 maladies génétiques et le risque de transmettre ces pathologies au bébé. Le test de Recombine est l’un des plus avancés sur le marché en raison du nombre élevé de maladies diagnostiquées.

ERMAP – IMAP

Le test personnalisé ER Map permet de déterminer l’état de réceptivité de l’endomètre et de savoir précisément quel est le meilleur moment pour le transfert de l’embryon. ER Map est la solution pour ces 20% de cas d’échecs répétés d’implantation provoqués par ce que l’on appelle une fenêtre d’implantation déplacée.

Des facteurs immunologiques, tels qu’une réponse anormale au développement de l’embryon par le système immunitaire maternel, pourraient être la cause de nombreux cas d’infertilité d’origine inconnue. Le test IMAP nous permet d’évaluer le statut immunitaire de l’endomètre et d’éviter les échecs d’implantation dus à cette cause.

Système Gidget

Le système Gidget est un système avancé de contrôle, d’identification et de suivi de toutes les procédures de FIV (fécondation in vitro) effectuées en laboratoire. Ce dispositif permet l’identification correcte des patients et aide à la traçabilité de leurs cellules reproductrices lors de chaque procédure clinique et de laboratoire. Ceci garantit que tous les processus impliquant la gestion, la manipulation et le croisement des embryons et des gamètes des patients sont effectués correctement.