Go to Top

Tout connaître sur la méthode ROPA

Méthode Ropa

La méthode ROPA est un traitement de reproduction assistée adressé aux couples de femmes souhaitant devenir mères. Appelée aussi maternité partagée, la méthode ROPA est proposée chez IVF-Donostia à toutes les femmes voulant participer en duo à la conception de leur enfant.

La méthode ROPA : le don d’ovocytes d’une femme à sa conjointe

La méthode ROPA est un traitement de PMA qui permet à une femme de donner ces ovocytes à sa conjointe, et ainsi garantir de bonne chance de grossesse. Les cliniques d’IVF-Spain en Espagne (Alicante, Madrid, Saint-Sébastien) proposent ce traitement de manière habituel et permettent à de nombreux couples de réaliser leur rêve de devenir mères.

La méthode ROPA : définition

La méthode ROPA est en fait une technique de Fécondation In Vitro (FIV) permettant la fécondation d’ovocytes avec sperme de donneur, et l’obtention d’embryons pour leur transfert dans l’utérus de la conjointe. La méthode ROPA est une manière simple de pouvoir faire participer les deux femmes dans la grossesse : l’une sera la mère biologique et l’autre portera la grossesse.

Grâce à des protocoles de traitements avancées et réalisés en synchronisation, les deux patientes pourront suivre le traitement en parallèle et vivre toutes les étapes ensemble.

Couples de femme et méthode ROPA : la loi espagnole

Grâce à une législation permissive, l’Espagne dispose d’un cadre juridique qui protège les droits reproductifs des femmes, qu’elles soient en couple hétérosexuel, homosexuel ou célibataire. La loi sur la procréation assistée établit depuis 1988 le droit des femmes à créer leur propre famille de manière libre et responsable, ainsi que l’approbation en 2005 du mariage entre couples de même sexe.

En 2006, ce droit a été élargi avec la possibilité d’avoir recours aux techniques de reproduction assistée pour couples de femmes ou femme en solo. Cela a permis d’égaliser les droits reproductifs des couples lesbiens, comme cela était déjà reconnu pour les couples hétérosexuels et a constitué un pas vers l’égalité des droits.

Cependant, les femmes en union libre ou pacsées, ne bénéficient pas encore du même statut juridique que les femmes mariées. Elles n’auront que la possibilité d’aller en justice et de demander l’assimilation judiciaire aux couples hétérosexuels ou que le partenaire de la mère biologique engage une procédure d’adoption fastidieuse.

Pour l’instant, la loi établit que le couple doit être marié pour pouvoir enregistrer l’enfant à leurs deux noms, les couples pacsés ou en union libre n’ont pas cette possibilité. Le recours serait don l’adoption de l’enfant par la conjointe.

L’anonymat des donneurs

En Espagne, la loi exige le strict anonymat des donneurs de sperme et il ne pourra pas être connu par les patientes. L’enfant né du don ne pourra pas non plus avoir accès à l’identité du donneur ni inversement.

De plus, la loi stipule également que le don doit être volontaire, solidaire et altruiste, et doit être soumis à un contrôle médicale rigoureux. La sélection des donneurs est également définie par cette loi, qui exige la réalisation d’examens médicaux exhaustifs, dont, entre autres, un caryotype, la détection de maladies infectieuses, psychologiques et des spermogrammes.

Histories vraies

Tine et Hege, un couple de lesbiennes de Norvège, veulent devenir mamans. Elles sont venues à IVF-Spain afin de suivre un traitement unique : la méthode ROPA, autorisée seulement dans certains pays comme l’Espagne. Les ovocytes de Hege ont été fécondés in vitro puis transférés dans l’utérus de Tine. Dans cette vidéo, elles partagent avec nous leur expérience.

 

Quelles sont les étapes de la méthode ROPA :

S’agissant de deux traitements en même temps, la clinique de fertilité doit prendre le temps d’expliquer au maximum chaque étape de la méthode ROPA, pour garantir une bonne compréhension des protocoles.

  • Diagnostic et mise en place du traitement : la première consultation servira à nos spécialistes médicaux d’étudier votre cas pour vous conseiller sur l’ensemble de la procédure, vous recommander la meilleure stratégie thérapeutique et concevoir votre plan de traitement individualisé, en vous indiquant les tests nécessaires pour arriver à une grossesse.
  • La stimulation ovarienne : la patiente qui donnera ses ovocytes devra suivre une stimulation ovarienne pour obtenir un nombre adéquat d’ovocytes. Après 10 à 20 jours de stimulation, les follicules auront la taille idéale pour effectuer la ponction ovarienne et les extraire.
  • Ponction et extraction des ovules : Il s’agit d’une intervention non invasive par voie vaginale et sous anesthésie, guidée par échographie. Elle consiste en l’aspiration du liquide situé dans chaque follicule produit pour ainsi obtenir les ovocytes matures. Elle est réalisée en salle opératoire, mais sans qu’il n’y ait besoin d’hospitalisation. Quelques heures après, la patiente pourra rentrer chez elle.
  • Fécondation et culture des embryons : une fois les ovules obtenus, dans le laboratoire de IVF-Donostia, notre équipe de biologistes se chargera de réaliser la fécondation avec le sperme du donneur préalablement sélectionné suivant les critères physiques de la patiente. Grâce à des techniques de pointes, notre laboratoire sera capable de garantir une qualité maximale des embryons, avec une surveillance 24h/24 de la division cellulaire et vitesse de développement.
  • La préparation de l’endomètre : la patiente receveuse devra également suivre un traitement en parallèle, pour pouvoir accueillir les embryons et faciliter leur implantation. Pour cela, l’endomètre, où s’implanteront les embryons, devra atteindre une taille adéquate pour optimiser les chances de grossesse.
  • Sélection et transfert de l’embryon : il s’agit sans nul doute du moment le plus attendu pour les patientes, car il signifie le premier contact avec leur futur bébé. Le transfert embryonnaire est un processus rapide et indolore, au cours duquel le médecin introduira un petit cathéter par le col de l’utérus pour acheminer le ou les embryons précisément dans le fond de l’utérus, près de l’endomètre. La décision du nombre d’embryons à transférer sera à prendre conjointement avec nos médecins. Notre recommandation sera toujours de ne transférer qu’un embryon et ainsi éviter les possibles complications des grossesses gémellaires. Les technologies dont nous disposons permettent aujourd’hui d’optimiser la qualité et d’espérer de bons résultats avec le transfert d’un embryon.
  • Vitrification des embryons surnuméraires : Après le transfert, les embryons restants seront vitrifiés et conservés pour un autre essai plus tard ( en cas d’échec ou pour une deuxième grossesse) sans devoir reprendre de nouvelles stimulations ovariennes.
  • Attente du résultat du test : Nous demanderons à la patiente de réaliser un test de grossesse 10 jours après le transfert.  Le taux d’hormone Beta-HCG  à sang déterminera si l’embryons s’est accroché. Selon le résultat, votre équipe médicale vous donnera les instructions pour la suite du traitement.

Ce traitement vous intéresse ? N’hésitez pas à remplir ce formulaire  pour recevoir notre brochure d’information. Notre équipe se mettre en contact avec vous pour répondre à vos questions sur la méthode ROPA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *