Go to Top

Techniques de fécondation en PMA: ICSI

ICSI

Vous le savez déjà toutes et tous : l’âge a un impact direct négatif sur la réserve ovarienne de la femme. Cependant, même si la production de gamètes chez les hommes ne s’arrête jamais, de nombreuses études démontrent que leur âge est directement lié à la baisse de la qualité spermatique. Leonor Ortega, directrice de laboratoire du groupe IVF-Life, nous parle de l’ICSI , technique de PMA employée dans 95% des fécondations effectuées au sein de la clinique IVF-Spain.

ICSI, Injection intracytoplasmique de spermatozoïdes

L’injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI) est une technique utilisée en PMA par laquelle nous introduisons un spermatozoïde dans le cytoplasme de l’ovocyte afin de provoquer leur fécondation.

En d’autres termes, avec l’ICSI, les embryologistes sélectionnent et micro-injectent le meilleur spermatozoïde à l’intérieur de chaque ovocyte à féconder. Le plus souvent, cette technique de fécondation s’utilise lorsque la qualité des gamètes est moindre, ce qui est finalement souvent le cas pour les patients qui font appel à une clinique de fertilité.

Parfois, lorsque le nombre d’ovocytes de bonne qualité est suffisamment conséquent, les embryologistes optent pour une fécondation mixte, c’est-à-dire que la moitié des ovocytes seront fécondés par FIV traditionnelle et l’autre par ICSI.

ICSI : comment sélectionne-t-on le meilleur spermatozoïde ?

Pour que la technique fonctionne, il faut que le spécialiste en embryologie sélectionne les spermatozoïdes qui, de par leur morphologie et leur vitesse de déplacement, présentent les meilleures capacités de fécondation.

Au sein du laboratoire de la clinique de fertilité d’Alicante, Leonor Ortega et son équipe effectue, avant chaque fécondation, ce qu’on appelle une “capacitation spermatique”. Pour certains patients, nous faisons également un spermogramme avancé qui étudie, au-delà de la concentration, mobilité et morphologie des spermatozoïdes, certaines caractéristiques moléculaires des spermatozoïdes comme la fragmentation de l’ADN spermatique et l’apoptose :

  • Fragmentation de l’ADN spermatique: ce test permet de quantifier le pourcentage de rupture à l’intérieur du matériel génétique du spermatozoïde. Une fragmentation supérieure à 25% signifie que l’aptitude de fécondation du spermatozoïde est en péril.
  • L’apoptose, ou mort cellulaire programmée, nous informe sur l’espérance de vie des ces dernières. Si le taux d’apoptose est trop élevé, il faudra retirer les spermatozoïdes concernés de l’échantillon avant la fécondation.

Tous les laboratoires du Groupe IVF-Life proposent ce spermogramme avancé , qui inclut les deux tests mentionnés.

ICSI, quelles chances de réussite ?

Que ce soit par principe, ou pour toute autre raison qui leur soit propre, certains patients persistent à choisir la fécondation par FIV classique ou traditionnelle, durant laquelle spermatozoïdes et ovocytes doivent se rencontrer et se féconder “tous seuls” dans une boîte de Pétri. Ce n’est pas notre cas. À IVF-Spain, 95% de nos patients effectuent une Fécondation In Vitro par ICSI.

“Lorsque nous sommes en présence d’une qualité ovarienne élevée, il nous arrive parfois de faire ce qu’on appelle une fécondation mixte. Cela consiste à féconder la moitié des gamètes en FIV traditionnelle et l’autre moitié en ICSI. Les résultats montrent que, en l’absence de tout autre problème additionnel, le taux de fécondation est très similaire entre les deux techniques”, nous explique Leonor Ortega.

La différence de taux de réussite entre les deux techniques dépend de:

  • l’habileté de l’embryologiste
  • la cause d’infertilité de la femme ou du couple
  • la qualité des gamètes, aussi bien des ovocytes que des spermatozoïdes

Ceci dit, rappelons que la technique ICSI permet d’unir directement l’ovocyte et le spermatozoïde et facilite donc énormément la fécondation. En effet, un spermatozoïde à la mobilité ou morphologie altérée aura beaucoup de mal à y arriver de manière naturelle ou via une FIV traditionnelle.

ICSI et FIV : quelles différences?

Même si ces deux techniques s’effectuent au sein d’un laboratoire, voyons quelles en sont les différences:

À l’origine, la technique ICSI est apparue afin de traiter l’infertilité masculine sévère, quand l’embryon n’arrivait pas à s’implanter après une insémination artificielle ou une FIV traditionnelle. Dorénavant, la FIV par ICSI est chose commune dans la plupart des cliniques de reproduction assistée, tout du moins dans celles du Groupe IVF-Life (no pongo el enlace porque no está la web en FR).

La différence principale se trouve dans la manière d’unir l’ovocyte et le spermatozoïde.

Lors d’une FIV traditionnelle, l’ovule se trouve dans une boîte de Pétri dans laquelle est également déposée une goutte de sperme qui renferme des millions de spermatozoïdes. L’un d’entre eux devra, tout seul, féconder l’ovule. Rappelons que cette technique implique certes une intervention minimum de la part de l’embryologiste, mais doit uniquement être employée lorsque le sperme est d’excellente qualité.

La technique ICSI quant à elle suppose une intervention beaucoup plus poussée de la part du spécialiste en charge de la fécondation. En effet, après la capacitation de l’échantillon de sperme, l’embryologiste doit sélectionner le meilleur spermatozoïde pour l’introduire directement à l’intérieur de l’ovule à l’aide d’un microinjecteur HD.

Une autre différence entre les deux techniques est la dénudation ou décumulation des ovocytes.

Il s’agit de l’élimination des cellules qui se trouvent autour de l’ovule et que le spermatozoïde doit pénétrer afin de le féconder. Dans le cadre d’une FIV ICSI, ce processus est effectué avant la fécondation, avant la micro-injection du spermatozoïde, par l’embryologiste.

Dans le cadre d’une FIV traditionnelle, le décumul se fait après la fécondation, au jour 1, lorsque le laboratoire évalue s’il y a eu fécondation ou non.

ICSI

ICSI: pour qui?

À l’origine, la technique ICSI s’utilisait surtout pour les cas de mauvaise qualité spermatique (que ce soit de concentration, de mobilité ou de morphologie), ou pour les patients ayant subi une vasectomie ou un traitement de chimio- ou radiothérapie. Cependant, c’est maintenant également une pratique courante pour les cas de mauvaise qualité ovocytaire ou d’échecs antérieurs de fécondation, où l’injection intracytoplasmique de spermatozoïdes est nécessaire.

Dans certains centres de PMA, se sont les patients qui doivent choisir la technique de fécondation à appliquer pour leurs gamètes. Ce n’est pas le cas de nos cliniques. Nous croyons fermement en la réussite de traitements entièrement personnalisés, uniquement déterminés par des paramètres et des décisions purement médicales.

Pour cela, et afin de déterminer la nécessité d’une FIV ICSI, nous nous basons sur des examens poussés et non sur l’apparente bonne santé générale du patient. Rappelons par exemple qu’un homme en excellente santé peut néanmoins produire des spermatozoïdes de qualité moindre, à l’origine de la non-grossesse de sa conjointe.

La directrice de laboratoire ajoute: “À IVF-Spain, nous nous optons normalement pour une fécondation par ICSI car, au-delà des nombreux avantages de cette technique, nous nous assurons de ne pas avoir d’anomalie spermatique qui se traduirait ensuite par un échec d’implantation.”

ICSI: Existe-t-il une différence dans le traitement de PMA?

Absolument pas. Le traitement de PMA du point de vue des patients est exactement le même pour une FIV ICSI que pour une FIV traditionnelle. Dans les grandes lignes, les étapes principales pour les deux techniques sont:

À IVF-Spain, nous avons tout à fait conscience que devoir se soumettre à un traitement de PMA pour fonder une famille est très compliqué émotionnellement et psychologiquement.

Il est donc important de s’entourer d’une équipe de professionnels qui saura vous écouter, répondre à vos nombreuses questions et vous prendre en charge de manière individuelle. Faites ce premier pas en réservant votre première visite en ligne  avec votre spécialiste en PMA.

2 Responses to "Techniques de fécondation en PMA: ICSI"

  • Naimi
    22/08/2021 - 2:32 Reply

    Bonjour je suis un homme mon je et 54 ans mariée de puis septembre 20 14 je une mauvaise érection et une spermatozoïdes faible de 0 mobilités es que a mon âge je peux avoir des enfants merci de me répondre

    • IVF Donostia
      31/08/2021 - 1:48 Reply

      Bonjour,

      Pour la fertilité des hommes, l’âge n’est pas très important et un homme de 54 ans peut tout à fait avoir un enfant. Cependant, quelque soit l’âge, tout dépend de la qualité de votre sperme. Il faudrait pouvoir voir l’ensemble de votre résultat de spermogramme et peut être envisager une ponction testiculaire (TESA).

      N’hésitez pas à contacter la clinique pour un avis gratuit sans compromis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *