Go to Top

Le rôle de l’épigénétique lors d’un don de gamètes.

l’épigénétique

Le don de gamètes et notamment le don d’ovocytes est un traitement psychologiquement difficile pour les patientes, qui devront renoncer au préalable à leur propre génétique. Cependant, les différentes études sur l’épigénétique aident aujourd’hui à mieux comprendre la transmission entre la mère et l’enfant lors d’une grossesse et les influences sur la génétique.

Épigénétique : de quoi parle-t-on ?

L’épigénétique est en fait l’étude des changements dans les gènes qui peuvent être occasionnés par l’influence du milieu externe, comme les facteurs environnementaux ou l’hygiène de vie.

Le Dre. Estefanía Rodriguez, gynécologue spécialiste en fertilité chez IVF-Donostia, nous explique qu’il peut y avoir des modifications dans la lecture des gènes mais pas sur l’ADN en lui-même.

Ainsi, depuis la formation d’un embryon, jusqu’à la mort d’une personne, il existe des contextes environnementaux, des habitudes de vie, des environnements qui peuvent avoir une répercussion sur nos gènes, et qui sont notamment importants dans la formation de l’embryon. Par exemple, notre alimentation, le stress, le contact avec des produits toxiques pourra modifier notre facteur génétique, sans en changer l’ADN.

Ces modifications seront ensuite traduites par des changements physiques mais aussi des prévalences à certaines maladies du métabolisme comme le diabète ou l’obésité.

Quels sont les moments clefs pour l’épigénétique ?

L’épigénétique est donc la modification de la fonction génétique au-delà de la génétique en elle-même. Nous avons tous une structure ADN non-modifiable t à l’intérieur de cette AND, des gènes, avec deux copies identiques : l’une provenant de la mère et l’autre du père. C’est ce que nous expliquions dans notre article sur le test génétique préimplantatoireCependant certains ce ces gènes, on en compte une centaine, ne se lisent que sur une seules des copies, et c’est ce qu’on appelle l’empreinte génétique.

Lors d’une grossesse, la lecture de ces gènes peuvent donc être modifiés, c’est-à-dire que certains gènes seront activités et d’autres « éteints ». De la lecture de ces gènes dépedent par exemple des maladies comme le syndrome de Silver Rusell, de Angelman ou Beckwith-Wiedemann. La plupart des changements épigénétique interviennent dans des moments clefs de la formation d’une personne :

  • Période préimplantatoire
  • Grossesse
  • Enfance
  • Puberté

L’importance de l’épigénétique dans les dons de gamètes.

Lors d’une grossesse, il y a inévitablement un échange entre la mère et l’enfant puisque c’est grâce au corps de la mère qu’il pourra s’alimenter et se développer. Ce contact sera donc clef pour la formation du fœtus et les modifications épigénétiques. Cette interaction est particulièrement intéressante à étudier en cas de don d’ovocytes, car même si la génétique de l’enfant sera différente, la mère sera capable d’influencer l’information génétique.

Les patients se rendant chez IVF-Donostia pour recevoir un don d’ovocytes recevront toutes l’information nécessaire pour vivre au mieux le traitement et comprendre le rôle de la science mais aussi le rôle de la mère dans le développement du futur bébé.

Interaction mère/foetus pendant la grossesse

Tout ce que fera la mère pendant la grossesse aura donc une influence sur l’enfant : alimentation, hygiène de vie, environnement, agents toxiques… tout cela sera transmis de la mère à l’enfant.

Exemple de deux traitements avancés : le don d’ovocytes et le don d’embryon

Les 9 mois de grossesse seront donc capitaux pour définir ensuite la santé, et la lecture génétique sur l’enfant. Cela est d’autant plus intéressant lorsqu’il s’agit de traitements avec don de gamètes comme par exemple le don d’ovocytes, de sperme ou le don d’embryons.

Il s’agit d’un traitement qui permet aux femmes ne pouvant plus utiliser leurs propres ovocytes d’avoir recours à des ovocytes d’une autre femme et d’obtenir des embryons pour une future grossesse.

La loi de Reproduction Assistée en Espagne prévoir un contrôle très strict de ces dons et protège la confidentialité des patientes, des donneuses, mais aussi du futur enfant.

Le don d’ovocytes en Espagne est réglementé par la loi de Reproduction Assistée qui protège l’anonymat des patientes, donneuses et futur bébé.

IVF-Donosti fait partie des cliniques référentes pour le don d’ovocytes et obéit à un protocole rigoureux pour la sélection des donneuses et les stimulations.

Pour garantir la bonne réussite de ce traitement, nos spécialistes devront d’abord établir un protocole personnalisé pour chaque patiente selon les antécédents médicaux et le cas d’infertilité. Cette première étape sera primordiale pour arriver à un protocole sur mesure et donner le lus de chances de réussite pour la patiente.

  • Le don d’embryon :

Il s’agit là d’un traitement beaucoup plus simple à mettre en place, les embryons étant déjà formés, la patiente devra se préparer à un transfert et la clinique devra ensuite procéder à la dévitrification des embryons.

En cas de don d’embryons, l’avantage pour les patientes sera donc un gain de temps et    de coût puisque c’est un traitement moins lourd au niveau de l’organisation. Il s’adresse particulièrement à des patientes ayant besoin d’un double don : ovocytes et sperme.

Épigénétique et développement embryonnaire

La modification de la fonction génétique passe donc par l’activation et l’inactivation de certaines gènes selon les facteurs externes et l’environnement du développement de l’embryon, puis de l’enfant, et cela dura toute la vie.

Chez IVF-Donosti nous proposons toutes les techniques avancées pour vérifier au maximum les incidences génétiques sur e futur enfant, mais l’influence de l’épigénétique ne dépendra que de l’environnement et de la grossesse. Il faudra donc ensuite prendre cet aspect en compte pour garantir un bon développement embryonnaire et obtenir un bébé en bonne santé.

,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *