Go to Top

J’ai le syndrome des ovaires polykystiques, pourrais-je être mère ?

syndrome des ovaires polykystiques

Septembre est le mois pour donner visibilité au syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), un trouble très commun mais dont nous parlons peu.

Une des principales interrogations des femmes auxquelles nous annonçons qu’elles ont des ovaires polykystiques est : Cela affectera ma fertilité ?

Pour donner réponse à cette question, le plus important est de comprendre la différence entre syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) et ovaire polykystique (O.P).

Même si ces derniers semblent similaires, la forme dont ils se manifestent est différente. Ils n’ont même pas la même origine. C’est pour cela que dans ce blog nous vous expliquons leurs différences et comment ils peuvent affecter la fertilité.

Qu’est-ce que les ovaires polykystiques ?

Beaucoup de femmes sont atteintes d’ovaires polykystiques et ne savent pas toujours la signification de cette terminologie. De façon générale, et pour l’expliquer de façon simple, cela signifie que dans l’ovaire sont présents beaucoup plus de follicules que la normale, c’est-à-dire, que l’ovaire compte plus de huit petits follicules en étant au repos.

 ovaires polykystiques

Comment se diagnostiquent les ovaires polykystiques ?

Ils peuvent se diagnostiquer avec une simple échographie lors d’une consultation de routine.

Avoir des ovaires polykystiques peut parfois engendrer une plus grande difficulté à obtenir une ovulation et peut occasionner des retards dans les cycles menstruels. D’autres fois, ils passent inaperçus. Dans ces cas-là, il est recommandé un traitement pour provoquer l’ovulation avec des médicaments et contrôler les cycles de la femme de façon à ce que la grossesse soit plus facile.

Avoir des ovaires polykystiques complique la procréation ?

Dans le cas des ovaires polykystiques, cela n’affecte pas directement la fertilité. Cependant, il peut exister quelques petites difficultés d’ovulation qui se résolvent sans problème ou, dans certaines situations, ces ovaires polykystiques, oui, vont produire des ovules de mauvaise qualité.

Ce dernier, se diagnostique en général, après avoir eu plusieurs échecs de grossesse et se conseillera un traitement de fertilité avec don d‘ovules.

Comment peuvent se soigner les ovaires polykystiques ?

Généralement, cela ne demande aucun traitement spécifique. Avec une alimentation équilibrée, faire de l’exercice régulièrement et contrôler son poids, les cycles de la femme reprennent leur cours et il peut s’obtenir une grossesse naturellement.

Syndrome des Ovaires Polykystiques (SOPK) : comment le différencier des ovaires polykystiques (O.P) ?

Les O.P ont une origine gynécologique, et le SOPK a une origine endocrinologique (hormonal), ce qui implique une différence fondamentale, étant donné que les traitements sont différents.

Généralement, le syndrome des ovaires polykystiques est un déséquilibre endocrinien avec les symptômes suivants : ovaires polykystiques, anovulation (ovulation moins fréquente de la normale ou absente) et hyperandrogénisme (augmentation des hormones masculines, ce qui fait que ces femmes ont une pilosité plus importante, acné, et autres caractéristiques masculines.

syndrome des ovaires polykystiques

Pour pouvoir définir un SOPK, il est nécessaire que la patiente présente au moins deux de ces caractéristiques, en ayant exclues d’autres pathologies.

En fonction des symptômes, les femmes avec SOPK peuvent rencontrer des problèmes pour concevoir. De plus, il est recommandé de recourir à un traitement hormonal qui pourrait réguler l’apparition des poils et des menstruations.

Qui peut contracter un SOPK ?

Selon l’Association Espagnole du Syndrome des Ovaires Polykystiques, 10% des femmes en Espagne, souffre de cette pathologie.

La majeure partie des femmes sont diagnostiquées du Syndrome des ovaires polykystiques entre 25 et 35 ans quand elles ne parviennent pas à tomber enceinte et qu’elles consultent leur médecin. Mais le syndrome des ovaires polykystiques peut apparaitre à n’importe quel âge à partir de la puberté.

Comment se diagnostique le SOPK ?

Dans la mesure où le SOPK est la pathologie la plus commune chez les femmes en âge fertile, nos experts de IVF-Donostia ont tendance à réaliser une série d’examens afin d’écarter ce syndrome :

  • Anamnèse et exploration physique: La première étape pour le diagnostic est la prise d’information dans les antécédents cliniques de la patiente par le spécialiste ainsi que les symptômes concrets.
  • Echographie endovaginale: Cette technique se réalise pour vérifier l’état des ovaires, en plus de la cavité utérine et des trompes.
  • Analyses hormonales: Dans le cas du SOPK, ils se mesurent les principales hormones sexuelles prêtant une attention particulière aux valeurs de la testostérone et d’autres androgènes, ainsi que l’hormone anti mülerienne et l’hormone lutéinisante.
  • Coelioscopie pelvienne: Cette technique consiste en une intervention chirurgicale pour observer l’état des ovaires à travers d’un système optique. Grâce à la coelioscopie, il est plus facile d’examiner l’aspect des ovaires pour déterminer si ceux-ci présentent des signes de SOPK.

L’importance d’une alimentation équilibrée

Pour les femmes diagnostiquées de SOPK il est fortement recommandé de suivre un style de vie sain avec une alimentation équilibrée. De plus, il se doit d’éviter la consommation de sucre et d’hydrates de carbone raffinés, et augmenter la consommation de poisson.

Cependant, il n’existe pas un régime idéal ou exacte pour les femmes avec SOPK. Simplement, il faut réduire les apports caloriques. Réaliser une activité physique quotidienne ou marcher, sont aussi d’une grande aide pour la patiente.

Comment affectent les ovaires polykystiques ou le syndrome des ovaires polykystiques dans la fertilité de la femme ?

Comme nous l’avons déjà commenté, la femme atteinte d’ovaires polykystiques peut voir affecter sa fertilité dans la mesure où elle peut avoir une altération dans son ovulation. Dans ce cas, les traitements auront pour but de normaliser ses cycles menstruels.

Dans le cas du Syndrome des Ovaires Polykystiques, il n’existe pas un remède radical mais le spécialiste peut prendre des mesures, comme l’utilisation de contraceptifs ou de médicaments pour le diabète qui aideront la patiente à améliorer ses possibilités de grossesse.

Chaque histoire est unique et il peut arriver, en certaines occasions, autant pour la femme qui souffre d’ovaires polykystiques comme pour celle souffrant de Syndrome des ovaires polykystiques, il est nécessaire d’un traitement de fertilité comme l’Insémination Artificielle  ou la Fécondation In Vitro.

L’important est de toujours recevoir une consultation personnalisée sur votre situation. Remplissez le formulaire suivant et connaissez notre équipe médicale qui vous guidera jusqu’aux prochaines étapes que vous devriez suivre pour obtenir un diagnostic complet et exact, clé de la réussite de n’importe quel traitement de fertilité.

Article supervisé par l’équipe médicale de la Clinique de IVF-Donostia.

 

, , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *