Go to Top

7 mythes sur la fertilité : vrai ou faux ?

mitos sobre fertilidad

Idées reçues, mythes, vérités fausses …. Il en existe beaucoup sur la fertilité, mais ces affirmations sont-elles réelles ? À l’occasion du mois de l’infertilité et pour combattre la désinformation, depuis la clinique de reproduction IVF Donostia, nous avons parlé avec le Dre. Elisa Perez sur ces mythes sur la fertilité et tout ce que nous entendons.

1. C’est facile de tomber enceinte

Si vous avez essayé de tomber enceinte pendant un certain temps, il est possible que vous soyez surprises de voir comme cela est simple pour d’autres personnes. La biologie nous dit que c’est un processus complexe, qui prend en compte beaucoup de facteur (féminins, masculins et d’autres mêmes encore inconnus).

Pour les couples sans problèmes de fertilité, la probabilité de grossesse sur chaque cycle d’ovulation est d’environ 20%. De plus, comme la fertilité diminue avec l’âge, la possibilité de conception après 37 ans diminue à 10%.

Après 40 ans, la probabilité que les femmes obtiennent une grossesse est de 1%. D’ailleurs, dans notre Clinique du groupe IVF-Life, 70% des couples se rendent dans nos cliniques à cause de l’âge maternel avancé.

Notre conseil en tant que professionnels de la médecine reproductive est de consulter un spécialiste en reproduction assistée si vous essayez de tomber enceinte sans protection depuis un an, ou 6 mois si vous avez plus de 35 ans.

2. Prendre la pilule peut rendre infertile

L’utilisation prolongée de la pilule contraceptive n’a aucune incidence sur la fertilité. De nombreuses études ont conclues qu’il n’existe pas de différence réelle dans les taux de grossesse entre les femmes qui prennent la pilule et celles qui ne le font pas.

Dans certains cas, il y aura une aménorrhée induite par la pilule. Cela arrive quand la menstruation n’arrive pas immédiatement après l’arrêt de la pilule. Cette situation s’arrange spontanément sur des cycles postérieurs.

3. Les problèmes d’infertilité viennent de la femme

C’est l’une des croyances sur la fertilité les plus courantes dans notre société.

Il est certain qu’après 35 ans, la réserve ovarienne d’une femme diminue considérablement, alors que l’hommes a plus de marge pour se reproduire, et il n’y a pas de moment exact qui démontre la capacité de reproduction.

Mais selon les statistiques, le facteur masculin englobe aussi 40% des cas d’infertilité, les causes féminines étant de 40%. 10% des cas sont une combination des deux facteurs et les 10% restant sont des causes inconnues.

 

4. Le traitement de fertilité n’a pas fonctionné si vous avez des pertes après un transfert embryonnaire.

Les saignements après un transfert embryonnaire peuvent être stressant pour la patiente, puisqu’ils peuvent se confondre avec le début des règles.

Pendant les premières semaines de grossesse, l’utérus est très irrigué. Quand l’embryon s’adhère à l’endomètre, qui s’est épaissi pour l’accueillir, des vaisseaux sanguins peuvent se rompre et entrainer un léger saignement vaginal, ce qu’on appelle les saignements d’implantation.

Cela n’arrive pas pour chaque grossesse, et si vous l’avez eu dans une première grossesse, cela ne veut pas dire que vous l’aurez pour la prochaine.

En savoir plus sur les saignements d’implantation ici

5. Si vous n’y penser plus, vous tomberez enceinte

Il n’y a rien de pire que d’entendre « Si vous n’y pensez plus, vous tomberez enceinte », lorsqu’on est dans un processus de traitement de fertilité. Ce commentaire non seulement augmente le sentiment de culpabilité, mais n’aide pas à obtenir une grossesse.

Il existe des études qui affirment qu’un stress élevé peut provoquer des changements hormonaux qui ont une influence sur l’ovulation de la femme. Cependant, le niveau de stress pour que cela arrive doit être très élevé.

6. Si vous avez déjà eu des enfants, vous n’aurez pas de problèmes de fertilité

Le terme infertilité secondaire s’utilise pour définir les problèmes de fertilité qui peuvent arriver quand il y a déjà eu une première grossesse naturelle.

Les raisons peuvent en être les mêmes que pour une infertilité primaire : ovulation, hormones, trompes, génétiques, etc., en plus du facteur âge.

D’autre part, des problèmes peuvent être en rapport avec la première grossesse comme du diabète ou des adhérences pelviennes.

7. Certaines positions peuvent aider à tomber enceinte

On parle beaucoup des positions sexuelles ou post-relations qui favorisent la grossesse, comme celle-ci très connue : lever les jambes et la gravité fera le reste. Nous devons le dire, il n’y a aucune base scientifique qui appuie cette théorie.

Le processus reproductif commence de forme autonome quand le sperme arrive dans le vagin, sans que la gravité y soit pour quelque chose. D’ailleurs la texture et la qualité du sperme favorise son adhérence aux parois du vagin. De plus, les spermatozoïdes sont capables de détecter l’existence d’un ovocyte, et se diriger vers lui. La nature humaine est préparée pour la recherche d’une nouvelle vie, même s’il est parfois nécessaire de l’y aider, mais pas de cette manière.

Pour lutter contre la désinformation et rompre les tabous qui existent dans notre société, nous avons créé cette liste d’idées-reçues sur la fertilité. Ce qui est sûr c’est que chaque personne est différente, chaque histoire et parcours, et votre traitement de fertilité doit d’être également.

Pendant ce mois de la fertilité, nous devons rompre les tabous et éviter la désinformation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *