Go to Top

14 mars, Journée mondiale de l’endométriose

Chaque année, nous nous joignons à cette journée (Journée mondiale de l’endométriose) en signe de soutien et de solidarité avec les 15 % de femmes qui vivent avec cette maladie. On estime qu’en Espagne, environ un million de femmes en souffrent et pourtant la visibilité de l’endométriose est très faible.  

Des douleurs très intenses, notamment pendant les règles, sont le principal symptôme de cette maladie, une douleur qui affecte la qualité de vie des femmes qui en souffrent. En outre, l’endométriose peut provoquer de l’infertilité. De 30% à 50% des cas d’endométriose entrainent une infertilité. Ce tissu affecte l’appareil reproducteur féminin comme les ovaires, en touchant la qualité des ovules ou l’apparition de kystes qui devront être opérés. Dans les trompes de Fallope, avec la formation d’adhérences ou de liquide qui empêchent la rencontre entre l’ovule et le spermatozoïde.

Cependant, la principale difficulté de cette maladie réside dans son diagnostic. Ainsi, les experts mettent en moyenne 8 ans pour diagnostiquer la maladie, avec tout ce que cela implique pour les femmes qui vivent sans savoir et sans mettre un nom sur leur souffrance. 

Une fois le diagnostic établi, un traitement peut être entamé, car, bien qu’il s’agisse d’une maladie chronique incurable, le traitement peut soulager, voire, dans certains cas, faire disparaître les symptômes. Les traitements peuvent aller des analgésiques ou des contraceptifs à la chirurgie, toujours en fonction des caractéristiques de la femme et de ses symptômes.

Il est essentiel de donner une visibilité à cette maladie afin d’éveiller son repérage par les professionnels de la santé des femmes, et de sensibiliser la population, condition essentielle pour une meilleure reconnaissance. 

#Journée mondiale de l’endométriose

, , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *